AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


30 ans après le premier Survival Game, affaire devenue légende urbaine. Mensonge ou réalité, à vous de le deviner. The new survival game is on.

Photography is an art † Hibiki Nozomi [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: L'Univers :: Dossiers :: Validés
MessageSujet: Photography is an art † Hibiki Nozomi [Terminé] Mer 15 Juin - 21:25

 
Nozomi Hibiki


 
Qui suis-je ?


 
☁  Mon personnage • ❝ La photographie permet de sauvegarder ce qui éphémère avant de l'oublier. ❞
Je me nomme Hibiki Nozomi et j'ai 17 ans. J'appartiens au groupe des Sicarius, c'est pas la joie mais je m'en contente. Je détiens un journal, le Journal de la Photographie et il me permet de prendre en photo un possesseur, d'avoir son identité et de connaître son futur. Malheureusement, cela ne marche que pour une personne à la fois, et à chaque fois que je veux connaître le futur de quelqu'un, si son futur a changé par rapport à la dernière fois, je dois le reprendre en photo. Pour connaître le mien, je dois simplement me prendre en photo.. Je suis pansexuel et célibataire. . J'aime la photographie, les ramens, les maisons hantées et m'amuser et je déteste les idiots, l'eau et le noir, mais je vous détaillerai ça plus bas. Et ma tête (comme elle te plait), c'est celle de Blink, de Pixiv Fantasia T par Namie-kun, me la vole pas j'y tiens !


 
☁  Moi aussi j'existe ! • ❝ Je sais juste pas quoi mettre. ❞
Hey ! Mon pseudo est tout un ramassis de références et j'ai entre 15 et 55 ans. Je fais du RP (sur forum et en y mettant du coeur) depuis 1 an, et j'adore ça. J'aime tout un tas de trucs et j'ai la flemme de dire quoi et je déteste aussi tout un tas de truc que je citerai bien plus tard, mais je vous détaillerai ça plus bas. J'ai découvert le forum par le biais de Kyubey, et pour l'instant je le trouve patate. Les seules suggestions que j'ai à faire sont de me foutre un coup de balai aux fesses pour que je le finisse, donc tout va bien.


 
Caractère


 
❝ Je ne suis pas ce que tu crois. ❞ • Que pense-t-on la première fois que l'on te voit ? Pour commencer, tu es une personne plutôt adorable, polie, avec de bonnes manières et que tout le monde apprécie. Tu peux te montrer convaincant en te basant sur ton charme un peu enfantin et en adoptant le ton le plus naturel au monde, tellement qu'il en devient presque impossible de savoir si tu mens, à part si l'on te connaît par cœur. Ce qui est appréciable chez toi est ton attention envers les autres, tu es toujours à l'écoute de ce que ressentent les autres et ta curiosité est omniprésente dans ta vie. Tu es toujours à la recherche de la moindre chose à photographier, à apprendre, qui pourrait augmenter davantage ta créativité. On ne te remarque presque jamais d'ailleurs, tant tu es discret et débrouillard. Mais tu peux aussi être collaboratif, lorsque tu as besoin de l'aide de quelqu'un. Mais tout ça n'est que pur mensonge. Et tu le sais. Être adorable, à l'écoute et convaincant pour mieux duper, savoir se faire discret pour profiter des moments d'inattention et être collaboratif pour mieux prendre l'avantage. Tu n'es pas celui qui semblerait être un ange, et tu ne fais rien pour y ressembler.

Ton comportement a toujours été celui d'un mauvais garçon. En réalité, tu peux être bien plus froid que tu ne le laisses penser, et on dirait même que tu es complètement blasé, que tu as besoin d'être seul, que tu veux tout contrôler. Tu es cynique avec ceux que tu détestes, lunatique également, ce qui te laisse sur tes gardes à tout moment de la journée. Mais pas avec tout le monde, heureusement. Tu n'accordes ta confiance à personne, mais tu le fais semblant, car tu es un baratineur inné. Tu arrives à envoûter les gens dans tes mensonges pour mieux les atteindre. Ah, sans oublier que tu es énigmatique, tu ne parles jamais de toi, et les seules fois où tu le fais, tu mens. Ajoutons à cela ton caractère d'enfant mal éduqué, et nous avons enfin établi un vrai portrait. La jalousie, ah, quel beau défaut n'est-ce pas, tu es jaloux, et surtout rancunier. Tu n'hésiterais même pas à tuer quelqu'un s'il t'avait fait du mal il y a longtemps. Tu es immature, caractériel, pourri, impatient et même imprudent. Sans oublier ta procrastination. Tu jongles entre deux visages, selon les situations, mais tu ne seras jamais que le sale gamin.


 
Histoire


 
❝ Tous des menteurs. ❞ • Il y a bien quelque chose que l'on ne peut nier, ta vie jusqu'à maintenant n'a pas été de tout repos. Tu es né dans une famille qui suivait le modèle parfait, tes deux parents travaillaient pour assurer la vie de famille, et pourtant, quelque chose n'allait pas. Ton père, horloger de métier, n'était vraiment pas fait pour être père de famille. Il ne s'assurait jamais de ton éducation, ou de ta sécurité. Après tout, il ne surveillait jamais ce que tu faisais, il n'y prêtait jamais attention. Tu pouvais te blesser, tenter des choses dangereuses, pleurer pendant des heures,  il ne faisait rien pour venir vers toi. Comment appeler cet homme ton père après cela. C'est simple, du côté de ta mère, c'était pire. Ta génitrice était une scientifique reconnue, et débordée par le travail. Le peu de fois où tu la voyais, elle criait contre ton père à cause de sa négligence. Quelque fois il lui arrivait de te frapper, mais tu étais trop jeune pour comprendre.

Durant toute ton enfance, tu as été mis de côté. Et pour cause, tu n'étais pas ce que les autres qualifiaient de normal. Tu es malheureusement né avec quelques problèmes. En effet, à ta naissance, tu avais déjà perdu soixante pourcent de ton audition, ce qui te rendait déjà bien sourd pour ton âge, mais en plus cela, tu étais astigmate. C'était léger, mais cela te gênait. À cause de ton handicap, tu ne pouvais pas fréquenter les écoles publiques, et tu étais donc condamné à rester enfermé chez toi.

Tu avais quelques professeurs particuliers qui venaient pour t'apprendre quelques bases, mais cela ne t'intéressait pas. Tes parents avaient même engagé une nourrice, qui avait rapidement déchanté en voyant ton caractère. Elle s'était mise en tête de t'apprendre les bonnes manières, perdu d'avance. De ton côté, lorsque tu étais tout seul et en âge de lire des manuels plus compliqués, tu avais emprunté les livres de ton père. Ce n'étaient que des bouquins utiles pour son travail, mais tout cela t'avait permis de connaître le fonctionnement d'une montre, celui d'une horloge, tu pouvais les réparer sans problème maintenant.

Jusqu'au jour où, alors que tu étais non loin de ton père, le téléphone sonna. Ton géniteur décrocha, et relâcha immédiatement l'appareil. Tu ne comprenais pas ce qu'il faisait, et tu t'étais approché de lui alors qu'il avait repris du bout des doigts son téléphone et qu'il tentait d'articuler lentement pour que la personne à l'autre bout puisse l'entendre. Il raccrocha, avant de se tourner vers toi et s'abaissa. Tu n'avais rien compris à ce qu'il avait dit au téléphone, mais il te regarda droit dans les yeux, en tentant de garder son calme.

« Maman a eu quelque petits problèmes, elle ne reviendra pas. »

Ce n'est que bien après que tu as su comment elle était morte. Ils avaient commencé une nouvelle expérience dans son laboratoire, et tout a dérapé, les produits ont explosé, créant un énorme incendie. Tu n'avais qu'une dizaine, et bizarrement, l'idée de vivre sans ta mère ne changeait pas tes habitudes. Ce n'était qu'une personne de moins dans ta vie.

Avec les avancées technologies, tu as été accepté dans le lycée de la ville, où tu poursuis des études, même si tu as toujours du mal à suivre. Ton père n'a pas changé de manière de vivre, il était resté comme tel, un père incapable, mais tu ne lui en voulais pas. Tu l'aimais quand même, comme un père aime son fils, mais jamais il ne deviendrait ton modèle. Entre temps, depuis la mort de ta mère, tu as changé de loisir, plutôt que lire enfermé chez toi, tu préférais sortir dehors, et prendre en photo tout ce qui te semblait important avec l'appareil que ton père t'avait acheté pour te fêter une bonne année scolaire. Ton étrange manie à noter les dates et les actions des personnes que tu prenais en photo derrière le bout de papier te rendait un peu étrange, mais après tout, ce n'était que pour avoir la date.

Tu commençais enfin à avoir tout ce qu'il te fallait, tu allais même jusqu'à suivre discrètement des modèles pour mieux les prendre en photo, et un jour, en retournant ta photo pour y apposer ta signature, quelque chose était déjà inscrit. Plusieurs actions concernant cette personne, tu avais décidé de la suivre, et tout s'était déroulé comme prévu. Pour être sûr, tu avais recommencé plusieurs fois, et à chaque fois, tout était véridique. Tu pouvais connaître le futur des gens que tu prenais en photo. Pour certaines raisons obscures, cela ne marchait pas sur tout le monde, mais cela marchait sur toi.

Progressivement, tu avais réussi à te faire des amis, ainsi qu'un petit-ami. Sauf que tout ne se passa pas comme prévu. Tu étais devenu fou amoureux de ce garçon qui avait décidé de te plaquer du jour au lendemain après trois ans ensembles. Bien-sûr, comme c'était la seule personne à qui tu faisais confiance, mais qu'elle t'avait trahi, cela t'avait blessé. Alors tu décidais de ne plus croire personne.

Quelques jours plus tard, tu te retrouvais dans une salle étrange, en compagnie de silhouettes d'autres personnes, rassemblées autour d'une sorte de majordome noir. On ne t'avait rien expliqué, tout ce que tu avais compris c'est que tu étais piégé dans un jeu mortel, et que pour gagner, il te fallait être le vainqueur. Après avoir échappé à quelques autres possesseurs, une sorte d'humain aux vêtements très bizarres répondant au nom de Tenten t'avait tout expliqué. Il t'avait parlé de la Cathédrale de Causalité, des règles du jeu, de ce que tu devais faire, et du vœux accordé au vainqueur. Il était clair et net que ton vœux serait pour toi, et uniquement pour toi. Le monde ne t'avait jamais rien offert, pourquoi vouloir l'embellir. Pourquoi ne pas souhaiter d'entendre à nouveau ou d'améliorer ta santé ? Non, au contraire, ce que tu souhaitais, c'était faire en sorte que celui que tu aimais sombre dans une profonde dépression, que tout le monde s'éloigne de lui et qu'il soit seul, mais qu'à chaque fois qu'il tenterait d'en finir avec le monde, ses plans ne se passeraient pas comme prévue. Une douce vengeance plongeant son ancien petit-ami dans un enfer plus ou moins éternel en somme.




 
Liar.


 
Halloween - Never Utopia
avatar
Sicarius
Sicarius
Voir le profil de l'utilisateur
Rang : D
Messages : 18
Date d'inscription : 15/06/2016
Age : 18
Localisation : Dans les rues
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Photography is an art † Hibiki Nozomi [Terminé] Jeu 16 Juin - 0:03
Validey !
avatar
Maître du Jeu
Maître du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur http://futurediaryreborn.forumactif.org
Rang : SS Gold
Messages : 48
Date d'inscription : 14/06/2016
Revenir en haut Aller en bas
Photography is an art † Hibiki Nozomi [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Future Diary : Reborn of an urban legend :: L'Univers :: Dossiers :: Validés-
Sauter vers: